Accompagner le pôle académique

Un peu d’histoire

L'histoire du pôle académique de Paris-Saclay commence au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avec l'installation de premiers organismes de recherche suivis bientôt d'établissements d'enseignement supérieur.

    Plus de 70 ans de recherche scientifique

    Le pôle scientifique et technologique se met en place dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale : en 1945, Raoul Dautry et Frédéric Joliot-Curie proposent d’y implanter le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), un lieu d’expérimentations collectif. Inspiré du campus de l’université de Berkeley, des travaux du paysagiste Frederik Law Olmsted et des phalanstères utopistes, ce centre est inauguré en 1952. Il est alors dirigé par Frédéric Joliot-Curie, le premier haut-commissaire à l’énergie atomique. En deux ans, toutes les disciplines s’y trouvent mêlées : physique et chimie nucléaire, médecine, biologie et technologie. Le fonctionnement effectif du CEA débute deux années plus tard avec la mise en service du premier accélérateur de particules et la pile à eau lourde EL2 (des machines qui figuraient jusque dans les années 1960 parmi les plus puissantes du monde).

     

    Des partenariats anciens avec les industriels

    Très rapidement, le pôle scientifique en voie de constitution intéresse les industriels, non sans du même coup changer d’échelle. Ce que manifeste l’architecture confiée à Auguste Perret : le bâtiment s’ordonne selon un plan-masse rectangulaire laissant place aux extensions futures, avec des points de rencontres entre les chercheurs des différents laboratoires.

    Dès les années 1950, le CEA et le CNRS multiplient également leurs collaborations avec plusieurs laboratoires installés à Orsay, où s’implante une antenne de l’Université de Paris, devenue la Faculté des Sciences (1965) puis l’Université Paris-Sud (1971). Couvrant plusieurs disciplines (mathématiques, chimie, biologie, phmarcie, médecine, sciences de la terre, sciences de l’ingénieur, sports, économie, sciences humaines), la Faculté des sciences d’Orsay est une autre composante majeure du pôle scientifique naissant.

    A quelques encablures, la recherche fondamentale en mathématiques s’établit à Bures-sur-Yvette, à l’Institut des hautes études scientifiques (IHES), une structure privée, inspirée du modèle de l’Institute For Advanced Study de l’université américaine de Princeton. Parmi ses chercheurs, il compte plusieurs médaillés Fields.

    Le plateau de Saclay attire par ailleurs des industriels tournés vers l’innovation : la Compagnie générale de télégraphie sans fil (CSF, plus tard Thomson-CSF) dans le domaine de Corbeville, et qui sera étroitement associé à la construction de l’accélérateur linéaire de la Faculté des Sciences d’Orsay. Les travaux de ses ingénieurs dans le domaine des télécommunications, des hyperfréquences, de la résonance magnétique, du laser et des semi-conducteurs intéressent d’éminents chercheurs, comme Alfred Kastler, Prix Nobel de physique.

    L’arrivée de Grandes Écoles et d’établissements universitaires

    Dans les années 1960, c’est au tour des grandes écoles de s’installer sur le plateau de Saclay : l’école des hautes études commerciales (HEC), en 1964, à Jouy-en-Josas ; Sup’Optique (1967), aujourd’hui Institut d’optique Graduate School (IOGS) ; Supélec (1975), à Gif-sur-Yvette, dans lequartier de Moulon ; l’École polytechnique (1976)

    Le plateau offre de vastes emprises foncières à même d’accueillir des campus modernes, avec des installations sportives, inspirés des campus américains.

    Du côté de Versailles, le plan Université 2000 se traduit en 1991 par la création de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.Au sortir de la guerre, le plateau de Saclay n’est encore qu’un semi de villages et de petits bourgs. Dès les années 1950, ce vaste territoire devient le théâtre de la recherche nucléaire mais aussi des sciences fondamentales et appliquées.

     

    1946

    CNRS, Gif-sur-Yvette

    1948

    Office national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA), à Palaiseau ; Institut national de la recherche agronomique (INRA), à Grignon.

    1952

    Commissariat à l’énergie atomique (CEA)

    1955

    Faculté des sciences d’Orsay

    1958

    Institut des hautes études scientifiques (IHES)

    1964

    École des hautes études commerciales (HEC)

    1967

    Sup’Optique, à Orsay

    1975

    École supérieure d’électricité (Supélec), Gif-sur-Yvette

    1976

    École polytechnique, Palaiseau

    1991

    Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

    2002

    Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA)

    2006

    Institut d’optique Graduate School, à Palaiseau

    À l’heure du plan Campus et du Grand Paris

    Le mouvement de déménagement de grandes écoles à Paris-Saclay reprend avec la mise en œuvre du Plan Campus adopté en 2008. L’enjeu est de développer les synergies entre les laboratoires et le croisement des cultures scientifiques de façon à relever les défis de la science et de l’innovation de demain.

    Réunis aujourd’hui au sein de l’Université Paris-Saclay et de l’Institut polytechnique de Paris, les établissements de Paris-Saclay proposent une offre de formation (masters, doctorats) et une recherche répondant aux exigences des plus hauts standards internationaux.

    La valeur du potentiel scientifique de ce pôle académique n’est plus à démontrer, comme en attestent ses prix Nobel, ses médailles Fields, les succès remportés aux appels à projets européens ERV (European Research Council).

    Dates clés

    2012

    École nationale supérieure des techniques avancées (ENSTA ParisTech)

    2017

    École nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE) et l’École Centrale (devenue CentraleSupélec)

    2019

    École nationale supérieure de Paris-Saclay (ex-ENS Cachan) ; Télécom Paris et Télécom SudParis

    2021

    AgroParisTech

    2022

    Pôle Biologie - Pharmacie - Chimie

    Le campus Paris-Saclay en chiffres

    68 500étudiants

    4 600doctorants

    16 000chercheurs

    360laboratoires

    2prix Nobel : Albert Fert et Gérard Mourou

    10médailles Fields

    142Bourses ERC

    Missions
    Accompagner le pôle académique

    En savoir plus...

    Acteurs du pôle académique

    L'Université Paris-Saclay, l'IP Paris, les organismes de recherche implantés dans l'écosystème Paris-Saclay...