Les projets

La Lisière du Campus urbain Paris-Saclay

La Lisière du Campus urbain Paris-Saclay est un espace de transition entre les quartiers urbains et la ZPNAF.

    • Destination du bâtiment Espaces protégés
    • Maître d’ouvrage EPA Paris-Saclay
    • Architecte / Maîtrise d’œuvre Michel Desvignes Paysage (MDP - paysagiste)
    • Surface de plancher et Surface utile 150 hectares (un quart de la surface totale du Campus urbain) dont 66 hectares pour la Lisière Nord (1/3 de la ZAC de l’Ecole Polytechnique), 30 ha pour le corridor écologique de la ZAC de Corbeville (1/3 de son emprise) et 50 ha pour la Lisière Sud (1/6 de l’emprise de la ZAC de Moulon)
    • Date début de chantier 2013
    • Date de mise en service 2022 pour l'ensemble du Campus Urbain

    Contexte

    L’Opération d’Intérêt National Paris-Saclay, par le biais de la loi du Grand Paris en 2010, a eu pour mission de réussir à concilier son projet d’aménagement urbain du plateau de Saclay avec la préservation et la protection des espaces naturels, agricoles et forestiers déjà présents sur le territoire, comme en témoigne la création de la Zone de Protection Naturelle, Agricole et Forestière (ZPNAF).

    Le projet de lisière à l’échelle de tout le plateau s’inscrit dans cette démarche de limitation de l’étalement urbain et de sanctuarisation des espaces naturels sensibles historiques du lieu.

    Avec l’appui du groupement Michel Desvignes Paysage (MDP), l’Établissement public d’aménagement Paris-Saclay propose une stratégie d’aménagement concernant la lisière dès 2012-2013. Cet espace doit être en continuité du paysage déjà présent (vallons, coteaux boisés), le mettant ainsi en valeur et l’amplifiant, véritable zone de contact entre le système urbain et le système agricole présents sur le plateau.

    ©Carlos AYESTA pour l'EPA Paris-Saclay - Novembre 2021

    ©Carlos AYESTA pour l'EPA Paris-Saclay - Novembre 2021

    ©Carlos AYESTA pour l'EPA Paris-Saclay - Novembre 2021

    ©Carlos AYESTA pour l'EPA Paris-Saclay - Novembre 2021

    Description

    La lisière ne serait être un simple trait, une démarcation entre l’espace urbain et l’espace agricole.

    Elle est au contraire une zone de transition avec de nombreux usages : aide à la gestion de l’eau, espace de préservation de la biodiversité, régulateur écologique, usages récréatifs, agriculture périurbaine, etc. Le tout formant un espace diversifié.

    La lisière s’adapte à chacun des quartiers du campus urbain, le quartier de Moulon et le quartier de l’Ecole polytechnique. Elle est en continuité des espaces paysagers déjà présents comme la forêt domaniale de Palaiseau ou le bois de Vauhallan.

    Cet espace a plusieurs rôles :

    • Aider à la gestion des eaux pluviales : les espaces retenus pour chacune des lisières participent à la régulation naturelle des eaux pluviales, champs naturels d’expansion des crues lors de possibles évènements exceptionnels comme les crues de 50 ou 100 ans. La présence de zones humides en leur sein, ou de noues, aident à ce rôle et permettent de tester des techniques de phytoremédiation (retenue de l’eau par les plantes). Les lisières ont un rôle actif de stabilisation du bâti, de limitation des risques d’inondation et d’alimentation et préservation des ressources en eau sur le plateau.
    • La création des lisières permet de rétablir localement sur le plateau la trame verte et bleue, jouant un rôle dans la préservation de la biodiversité endémique de ce territoire. Une véritable mosaïque d’habitat est créée (mares, forêts alluviales, boisements, vergers) pour permettre à toutes les espèces du territoire de répondre à leurs besoins d’habitat (exemple du balbuzard pêcheur dans les forêts alluviales). Des plantations sont effectuées en bordure de lisière, le tout dans un respect des espèces déjà présentes pour enrichir l’écotone du plateau.
    • Les lisières sont aussi des lieux avec une dimension expérimentale et agricole. Des écoles et centres de recherche du plateau de Saclay, comme l’université Paris-Saclay ou AgroParisTech, pourront y conduire des expériences et en faire un terrain de recherche, comme le projette l’université Paris-Saclay avec la création de mares pour l’étude de micro-organismes dans la colonisation des zones humides.

    ©Carlos AYESTA pour l'EPA Paris-Saclay - Novembre 2021

    ©Carlos AYESTA pour l'EPA Paris-Saclay - Novembre 2021

    ©Carlos AYESTA pour l'EPA Paris-Saclay - Novembre 2021

    ©Carlos AYESTA pour l'EPA Paris-Saclay - Novembre 2021

    Ambition

    Ce projet enrichit et complète l’écosystème d’acteurs et de pratiques déjà présent traditionnellement. Celui-ci  structure durablement le territoire dans le cadre de l’Opération d’Intérêt National, lui apporte une véritable plus-value qui consolide son identité initiale (le cluster Paris-Saclay) et répond aux besoins locaux en matière d’environnement en montrant une exemplarité.

    Pour se faire, un modèle de gouvernance spécifique et un comité de suivi scientifique ont été  mis en place, pour une durée d’au moins 20 ans, pour suivre le projet, avec le souci du maintien de sa gestion et des choix établis dans la ligne choisie au départ.

     

    L’enjeu principal est de maintenir une agriculture vivante sur le plateau tout en poursuivant son urbanisation dans la zone délimitée par l’Opération d’Intérêt National. Les décisions d’aménagement sont être prises en connaissance des questions environnementales majeures du plateau, sans dégrader ni consommer les espaces disponibles, les espaces agricoles et urbains devant se répondre mutuellement et harmonieusement

    La lisière accentue son dynamisme avec le développement de circuits courts avec l’espace urbain comme la création de fermes de cueillette pour le grand public, la mise en place de points relais pour la vente de proximité, la création de jardins familiaux, etc.

    Cette démarche de mise en valeur de l’agriculture et de la nature du plateau de Saclay au travers de la lisière a aussi pour enjeu de faire connaître à tous les qualités paysagères et naturelles du territoire, aujourd’hui seulement sues des connaisseurs et des associations locales.

    La Pépinière transitoire de Corbeville
    Quartier de Corbeville

    La Pépinière transitoire de Corbeville

    Une pépinière transitoire a été créé à Corbeville pour répondre aux futurs besoins du projet Paris-Saclay.

    Le 10 août 2021
    Biodiversité – Panneaux pédagogiques
    Campus urbain Orsay

    Biodiversité – Panneaux pédagogiques

    Le 30 juillet 2021
    Jardin argenté
    Campus urbain Gif-sur-Yvette

    Jardin argenté

    Le Jardin Argenté est un lien naturel entre CentraleSupélec, l’IUT d’Orsay et l’Institut de Biologie des Plantes.

    Le 22 septembre 2016
    Afficher plus de contenus