Les projets

Laboratoires de recherche et d’enseignement Mines Paris – PSL

En 2024, Mines Paris - PSL ouvrira son futur campus d’innovation de rang mondial à Satory Ouest, à Versailles, regroupant plusieurs de ses laboratoires de recherche et d'enseignement.

    • Destination du bâtiment Enseignement supérieur et recherche
    • Maître d'ouvrage Conseil départemental des Yvelines
    • Aménageur EPA Paris-Saclay
    • Architecte Celnikier et Grabli Architectes
    • Surface de plancher Environ 15 000m²
    • Date début de chantier 3ème trimestre 2022
    • Date de mise en service 2ème semestre 2024

    Implanté au sein de la ZAC Satory Ouest, à Versailles, à l’extrémité Ouest du quartier, ce nouveau bâtiment vise à regrouper un ensemble des laboratoires de recherche et d’enseignement de l’institut MinesParisTech au sein d’un même site : un futur campus d’innovation de rang mondial sur des problématiques et thématiques au cœur des activités innovantes du territoire : matériaux innovants, efficacité énergétique des systèmes et développement des systèmes de transport intelligent (selon le concept LaRA : la route automatisée).

    ©Perspectiviste Stratimages

    Composante de l’Université Paris Sciences et Lettres, Mines Paris – PSL forme des ingénieurs dans une diversité de domaines : transition énergétique, matériaux, mathématiques, ingénierie numérique, transformation de l’industrie, etc.

    Ce futur campus regroupera l’ensemble de ses centres de recherche (le Centre d’Efficacité Énergétique des Systèmes, le Centre de Robotique et le Centre des Matériaux) tout en mutualisant les équipements scientifiques : le tout dans un objectif, à terme, de développement de partenariats de recherche privé-public dans les Yvelines, avec la proximité des acteurs de la recherche et développement du département.

    Le regroupement de ces trois centres permettra aux équipes de partager leur lieu d’activité professionnelle, offrant des possibilités de synergies et de création commune d’une communauté scientifique de pointe.

    Plusieurs partenariats sont déjà envisagés :

    • La rénovation énergétique du patrimoine immobilier du Département avec le Centre d’Efficacité Énergétique des Systèmes (CES),
    • La mobilité durable et les projets R&D déjà mis en place sur le plateau de Satory avec une antenne du Centre de robotique,
    • Les actions de développement de nouveaux matériaux utiles au tissu économique et aux infrastructures du Département, avec le Centre des Matériaux (CMAT).

    ©Perspectiviste Stratimages

    Ce nouveau bâtiment, sous maîtrise d’ouvrage du Conseil départemental des Yvelines, sera réalisé par le groupement yvelinois suivant :

    • Mandataire constructeur : GCC
    • Architecture : Celnikier & Grabli Architectes
    • Études de structures et fondations : BETOM
    • Études de VRD : BERIM
    • Études de fluides : BG Ingénieurs Conseils
    • Économie de Construction : AE75
    • Ordonnancement Pilotage et Coordination : AXL
    • Ingénierie acoustique, vibratoire et électromagnétique : AVLS
    • Études environnementales : CAP TERRE
    • Paysagiste : MC Paysages
    • Cuisiniste/Restauration : ARWYTEC
    • Maintenance multi-technique : CRAM
    • Pyrotechnie : CESP

    ©Perspectiviste Stratimages

    Le projet architectural de Celnikier et Grabli Architectes

    Le projet, implanté sur une parcelle d’environ 15 000 m², regroupera le futur centre d’innovation d’environ 13 000 m² et 2 000 m² réservés à la réalisation d’un futur équipement de recherche complémentaire, qui sera commercialisé ultérieurement par le Département des Yvelines.

    Situé au cœur du plateau de Satory qui est composé aujourd’hui majoritairement d’activités militaires et économiques liées au secteur de la Défense et de la mobilité du futur, le campus se situera à terme dans un quartier urbain diversifié.

    Pour ce projet, les architectes Celnikier et Grabli ont dû réussir à associer plusieurs contraintes liées aux spécificités du site et aux activités futures du campus :

    • La diversité des équipements des laboratoires de recherche et leurs contraintes d’utilisation (équipements lourds exigeants mais aussi équipements sensibles telle la microscopie à transmission, sensible aux vibrations),
    • La présence d’activités émettrices de nuisances, parfois incompatibles entre elles,
    • Le besoin de grandes halles avec des accès extérieurs pour la logistique (équipements, matériels, véhicules),
    • Ainsi que le besoin de surface au sol nécessaires aux activités, avec des questions d’accès, de surcharge d’exploitation et de maîtrise vibratoire (représentant près de la moitié de la surface de l’opération).

    ©Perspectiviste Stratimages

    De fait, pour répondre à toutes ces exigences, la conception du projet situe l’ensemble des laboratoires en rez-de-chaussée, aucun ne se situant en étages. Chacun d’entre eux disposera d’un espace dédié, proposant les meilleures possibilités de développement de son activité et s’adaptant à ses propres contraintes. L’entreprise GCC a travaillé sur le choix des matériaux et de techniques de construction pour adapter ces derniers aux contraintes (vibrations, acoustiques, thermiques, rayonnements électromagnétiques, etc.) et permettre un fonctionnement permanent des activités. Ainsi, le projet jouera avec différents matériaux comme le béton, le bois, le verre ou la brique selon les parties du campus.

    Le second niveau du campus accueillera les fonctions de production et de traitement, tout le long du bâtiment de recherche. Cela permettra d’implanter ces espaces spécifiques au plus près des laboratoires correspondants, au-dessus d’eux, de les rendre évolutifs et de créer un espace technique dédié à chaque laboratoire, sans multiplier les locaux techniques au sein du projet.

    Chaque espace est clairement défini au sein du campus pour pouvoir mettre en place des accès sécurisés aux espaces sensibles et faciliter la fluidité des déplacements : espaces d’accueil, espaces collectifs, espaces de desserte, etc. A terme, 1 000 personnes pourront se déplacer au sein du campus.

    Aussi, la façade d’entrée accueillera les fonctions publiques et tertiaires tandis que le bâtiment abritera un pôle de formation, composé d’une bibliothèque, d’un amphithéâtre, de salles de formation et d’une cafétéria.

    L’entrée du campus innovant sera marquée par un auvent de quinze mètres de haut couvrant un parvis d’accueil. Une rue intérieure au campus et plusieurs boucles de circulation permettront aux chercheurs et étudiants de se déplacer dans le bâtiment. Cette rue sera visible depuis le hall d’entrée et le parvis.

    ©Perspectiviste Stratimages

    Les ambitions environnementales du projet

    Dans le cadre des engagements du Conseil départemental des Yvelines pour la transition énergétique, le projet visera une certification « Bâtiment à Énergie Positive et Réduction Carbone », niveau E2C1, ainsi qu’une certification Bâtiment Durable Francilien, niveau bronze en faveur d’une approche globale et locale.

    ©Perspectiviste Stratimages

    Actualités du projet

    Premier projet majeur de la ZAC Satory Ouest, le démarrage du chantier est prévu pour le troisième trimestre de l’année pour une livraison du nouveau centre en 2024.

    Dès sa livraison, le futur campus Mines Paris – PSL regroupera plus de 300 chercheurs et étudiants.

    ©Alticlic - Eté 2021

    ©Alticlic - Eté 2021

    ©Alticlic - Eté 2021

    ©Alticlic - Eté 2021

    ©Alticlic - Eté 2021

    ©Alticlic - Eté 2021

    Afficher plus de contenus
    Centre Teilhard de Chardin
    Campus urbain Gif-sur-Yvette

    Centre Teilhard de Chardin

    Ce projet comprend un centre culturel et cultuel ainsi que des logements étudiants attenants.

    Le 29 août 2019
    Pôle Mécanique
    Campus urbain Palaiseau

    Pôle Mécanique

    Le Pôle Mécanique, dont le financement, assuré par l’Etablissement public d’aménagement Paris-Saclay, a été voté au Conseil d’administration

    Le 20 septembre 2016
    Afficher plus de contenus