Toutes nos publications
Attractivité

Trois missions en une

Le 22 décembre 2023

Rencontre avec Rémi Waché, en charge du développement des partenariats à l’Université Paris-Saclay.

Suite de nos entretiens avec des iConnecteurs de TEDxSaclay, qui se sont réunis dans le tout nouveau Centre international de Recherche & Innovation de Danone, dans le quartier de Moulon, pour lancer la préparation de l’édition 2024 des événements TEDxSaclay avec, cette fois, le témoignage de Rémi Waché, en charge du développement des partenariats à l’Université Paris-Saclay.

- Pouvez-vous, pour commencer, vous présenter ?

Rémi Waché : Je suis en charge du développement des partenariats avec les entreprises à l’Université Paris-Saclay. À ce titre, je passe beaucoup de mon temps à aller à la découverte de l’écosystème de Paris-Saclay, à la rencontre des entreprises, petites et grandes, pour cerner leurs besoins, les analyser et formuler une offre adaptée. J’ai rejoint les iConnecteurs, car, naturellement, c’est un bon moyen de nouer de nouveaux contacts et de mettre en relation des dirigeants d’entreprises avec notre université.

- Depuis quand les avez-vous rejoints ?

R.W. : L’an passé, j’ai participé au Brainathon et fait partie d’une deux équipes lauréates. Une expérience intéressante qui permet de vivre de l’intérieur la manière dont on peut cheminer à travers un foisonnement d’idées. Elle m’a convaincu de poursuivre l’aventure de TEDxSaclay en y contribuant au titre de iConnecteur.

- Le grand public ne soupçonne pas toujours l’intensité des relations entre le monde de l’université et celui de l’entreprise. Pouvez-vous témoigner de la nature de leurs interactions, ce que l’université peut offrir précisément au second ?

R.W. : Des trois missions principales de l’université, on connaît le plus souvent les deux premières, à savoir la formation et la recherche. La première justifie des relations avec le monde de l’entreprise ne serait-ce qu’à travers les besoins de stages de nos étudiants ou par la nécessité que leurs formations soient adaptées à leurs futurs métiers – d’ailleurs, des représentants du monde de l’entreprise participent à l’élaboration de maquettes de programme de formation. À quoi s’ajoute la formation continue. Quant à la recherche, elle donne lieu à de nombreux partenariats, même si ses finalités peuvent être différentes de celle de la R&D : nos laboratoires visent le développement de connaissances théoriques là où l’entreprise vise, elle, à produire des connaissances à caractère plus opérationnel. Pour autant, je n’opposerai pas les deux. Au contraire, je soulignerai la continuité d’une forme de connaissance à une autre et, au-delà, entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée. Les conventions Cifre sont parmi les modalités de partenariat les plus connues : elles permettent à des doctorants de poursuivre leur thèse en cotutelle avec une entreprise.

- Deux mondes qui gagnent donc à se rapprocher d’autant plus que les universitaires peuvent trouver dans le monde de l’entreprise des interlocuteurs ayant eu un cursus académique…

R W. : En effet, ce dont les universités ont pris conscience en s’employant à maintenir davantage le lien avec leurs alumni. S’agissant maintenant de la troisième mission, l’innovation, elle se situe à l’articulation des deux précédentes puisqu’elle se traduit par, d’une part, des formations à l’entrepreneuriat innovant, d’autre part, la valorisation de la recherche, autrement dit la traduction des résultats d’une découverte en une offre commercialisable, par l’intermédiaire d’entreprises existantes ou la création d’entreprises innovantes, des spin-off ou les start-up.

- Les trois missions que vous venez de rappeler ne sont pas propres à l’Université Paris-Saclay, mais inhérentes à toute université. Dans quelle mesure l’inscription de votre université dans l’écosystème de Paris-Saclay vous aide-t-elle dans votre propre mission ?

R.W. : Il est clair que le fait de s’inscrire dans cet écosystème est une chance. En plus de grandes infrastructures de recherche comme le Synchrotron, NeuroSpin, etc., il compte une myriade de laboratoires et de centres de R&D, qui créent un environnement favorable à la valorisation de la recherche, l’innovation, la création de start-up, etc. Cet écosystème étant encore en devenir, il dispose encore de place pour accueillir d’autres implantations et pas seulement académiques, comme des centres R&D d’entreprises en quête d’une plus grande proximité avec l’Université de Paris-Saclay de façon à avoir un meilleur accès à ses laboratoires, mais aussi à ses étudiants. C’est dans cette possibilité d’accueillir ainsi de nouvelles entités, que je vois la principale spécificité et la force de l’écosystème par rapport à d’autres situés dans des centres urbains densément peuplés.

- Vous-même, êtes-vous issu de cet écosystème ? Le connaissiez-vous déjà avant de prendre vos fonctions au sein de l’Université Paris-Saclay ?

R.W. : Je n’y ai pas suivi mon cursus de formation, mais y ai exercé parmi mes premiers métiers : j’ai poursuivi des activités de recherche au CEA de Saclay, avant de m’expatrier quelques années, notamment à l’Université du Surrey, au Royaume-Uni. C’est dire si les fonctions que j’exerce ici, je les vis un peu comme un retour aux sources !

Publié dans :

Sylvain Allemand
Sylvain Allemand

Journaliste

En savoir plus
Une communication événementielle ET durable
Attractivité

Une communication événementielle ET durable

Entretien avec Antoine Essner, directeur de l'Agence AEC

Publié le 18 mars 2024
Rendez-vous au MIPIM 2024 !
Attractivité

Rendez-vous au MIPIM 2024 !

L'EPA Paris-Saclay sera présent au MIPIM 2024

Publié le 6 mars 2024
Le centre de R&D d’EUROCONTROL s’installe à Paris-Saclay !
Tout le campus urbain

Le centre de R&D d’EUROCONTROL s’installe à Paris-Saclay !

Le hub d'innovation d'EUROCONTROL s'installe à Paris-Saclay.

Publié le 20 février 2024
Afficher plus de contenus