Toutes nos publications
Attractivité

«Paris-Saclay ? Un monde qui bouge en permanence.»

Le 11 décembre 2023

Rencontre avec Isidora Andjus, bénévole de TEDxSaclay

Le 23 novembre 2023, le Centre international de Recherche & Innovation de Danone accueillait les iConnecteurs de TEDxSaclay en vue de la préparation de la prochaine édition 2024 qui aura pour thème « Visible et Invisible ». L’occasion de retrouver et de découvrir une diversité de profils. Dont celui d’Isidora Andjus, originaire de Serbie, qui a rejoint à titre de bénévole le Pôle Partenariat & Communication. Elle témoigne ici de ses impressions de l’écosystème Paris-Saclay qu’elle a découvert en 2022 à la faveur d’un recrutement à l’École polytechnique.

- Si, pour commencer, vous deviez vous présenter ?

Isidora Andjus : D’origine serbe, je suis arrivée à Paris il y a maintenant un peu plus d’un an, en août 2022, pour travailler à l’École polytechnique où je suis en charge des admissions au programme de l’Executive Master. Centré sur les technologies, l’innovation et son management, ce programme s’adresse à une grande diversité de profils – cadres dirigeants, ingénieurs, créateurs de start-up, mais aussi personnalités politiques, chercheurs, médecins, avocats…
[Pour en savoir plus, cliquer ici]

- Vous semblez vous-même tout juste sortie de vos années d’études. Qu’est-ce qui a amené une personne aussi jeune que vous à occuper ce poste ?

I.A. (rire) : C’est vrai, j’ai encore peu d’années d’expérience professionnelle, mais j’en ai quand même dans l’enseignement notamment – j’ai enseigné l’anglais dans une école internationale – et dans la vente ; j’ai aussi fait un stage au sein d’une ONG, partenaire officielle de l’UNESCO à Paris. J’étais intéressée à l’idée de travailler pour un programme éducatif destiné à des cadres dirigeants. J’apprécie beaucoup l’expérience professionnelle qu’il m’est donnée de vivre à l’École polytechnique d’autant que je suis aussi chargée d’internationaliser davantage le programme – ce qui m’inspire et me passionne. J’ai déjà le sentiment d’avoir beaucoup appris, notamment à adapter mon mode de communication en fonction de mon interlocuteur – ce qui peut paraître évident, mais devient indispensable compte tenu de la diversité des profils de candidats auxquels j’ai affaire. Au-delà, le poste que j’occupe me permet de vivre pleinement l’écosystème de Paris-Saclay et la possibilité qu’il offre lui aussi de rencontrer des personnes de différents milieux professionnels et disciplinaires.

- De fait, étant à l’École polytechnique, vous êtes dans un des quartiers phare de cet écosystème, lui-même situé à proximité d’un autre quartier phare, celui de Moulon. Dans quelle mesure cet écosystème qui n’en était encore qu’au stade de projet il y a une dizaine d’années, vous paraît-il être devenu une réalité ?

I.A. : Avant toute chose, je tiens à dire que tout cela reste encore un monde nouveau pour moi. Ici, c’est le règne des sciences et des technologies ! Or, moi, j’ai fait des études plutôt littéraires puis dans les domaines des langues et de la communication. Cela étant dit, c’est fascinant de voir comment, ici, les idées circulent, comment des innovations en chassent d’autres, de voir aussi les questions que se posent les chercheurs et les ingénieurs, les défis qu’ils essayent de relever. Si l’écosystème est devenu une réalité, c’est une réalité en constante évolution. Les changements y sont permanents, dans le moindre domaine. C’est impressionnant, mais, moi, j’aime beaucoup cette sensation d’être comme immergée dans un monde qui bouge perpétuellement. C’est impressionnant de voir la vitesse avec laquelle les bâtiments sortent de terre, avec laquelle les travaux de construction de la ligne 18 du Grand Paris Express avancent. Nos propres bureaux ont été transférés dans le Bâtiment d’Enseignements Mutualisés (BEM) : il aussi spectaculaire que le Centre international de Recherche & Innovation de Danone où nous sommes actuellement.

- Je me retrouve dans cette ambiance que vous décrivez. Mais qu’en est-il du territoire, de sa morphologie, avec ses quartiers plus ou moins denses, des bâtiments et équipements flambant neuf et d’autres plus anciens, le tout au milieu d’espaces naturels, agricoles et forestiers ?

I.A. : En effet, le quartier de l’École polytechnique, qui va bien au-delà du campus, est celui que je fréquente le plus – il s’inscrit dans le prolongement du campus polytechnique proprement dit. Il paraît très neuf avec ses établissements d’enseignement supérieur et de recherche, tous plus récents les uns que les autres, mais aussi ses commerces, ses logements, etc. Tout y semble moderne au point parfois d’avoir été conçu pour des robots ! (rire).

- Des robots ?

I.A. : Du fait de la place qu’y prend la digitalisation numérique, de l’allure aussi futuriste de bâtiments. Cela étant dit, le quartier de l’École polytechnique, ce n’est pas que cela : c’est aussi des champs agricoles et des espaces naturels à proximité. Sur le campus même de l’école, on peut y voir des chevaux dans les prés. On passe ainsi d’une ambiance à une autre. C’est aussi des chantiers qui se poursuivent et qui ajoutent à ce sentiment de basculer dans un monde particulier en constante évolution. En cela, le quartier préfigure le monde de demain, en changement perpétuel, dans lequel il faudra s’adapter en permanence !

- Étant entendu que Paris-Saclay puise dans des origines anciennes qui remontent au moins à l’après Seconde Guerre mondiale avec l’installation de premiers organismes de recherche. Percevez-vous d’ailleurs cette profondeur historique de cet écosystème en devenir ?

I.A. : Pour être honnête, non. Je suis encore nouvelle et n’ai pas encore eu l’occasion de m’informer sur l’histoire de cet écosystème. Mais nul doute que j’aurais l’occasion d’en savoir plus. En tous les cas, je le souhaite. Pour l’heure, la sensation qui domine, c’est celle que j’évoquais : être immergée dans un environnement dans lequel je n’ai pas d’autre choix que celui de m’adapter !

- Qu’est-ce qui vous a motivée à vous engager à titre bénévole à TEDxSaclay ? Qu’y faites-vous d’ailleurs ?

I.A. : J’ai découvert TEDxSaclay en assistant à l’édition 2023 qui avait pour thème « Cercles et Libertés ». J’ai été tout simplement impressionnée par la qualité des intervenants, par cette émulation intellectuelle qui avait régné durant toute la soirée. Je n’ai eu qu’une envie, c’était de rejoindre au plus vite l’équipe qui avait rendu cela possible. J’ai contacté Assya et Christian [Van Gysel, les cofondateurs], qui m’ont aussitôt proposé de participer à leur première réunion. J’ai naturellement rejoint le Pôle Partenariat & Communication. Me voilà aujourd’hui au rendez-vous des iConnecteurs. J’en suis ravie. C’est une opportunité incroyable de rencontrer des personnes épatantes et très différentes.

Publié dans :

Sylvain Allemand
Sylvain Allemand

Journaliste

En savoir plus
Une communication événementielle ET durable
Attractivité

Une communication événementielle ET durable

Entretien avec Antoine Essner, directeur de l'Agence AEC

Publié le 18 mars 2024
Rendez-vous au MIPIM 2024 !
Attractivité

Rendez-vous au MIPIM 2024 !

L'EPA Paris-Saclay sera présent au MIPIM 2024

Publié le 6 mars 2024
Le centre de R&D d’EUROCONTROL s’installe à Paris-Saclay !
Tout le campus urbain

Le centre de R&D d’EUROCONTROL s’installe à Paris-Saclay !

Le hub d'innovation d'EUROCONTROL s'installe à Paris-Saclay.

Publié le 20 février 2024
Afficher plus de contenus