Toutes nos publications
Entrepreneuriat innovant

« L’IA n’est pas qu’une affaire de technique ni de data. »

Le 30 avril 2019

Le 21 mars 2019, le Design Spot inaugurait son cycle de dialogue Design & Science (avec la designer Constance Guisset et le mathématicien Marc Schoenauer) sur le thème « IA & Création ». En voici un second écho à travers le témoignage de Sarah Fdili Alaoui, une enseignante-chercheure au Laboratoire de Recherche Informatique (LRI) de l’Université Paris-Sud (au premier plan sur la photo), qui y assistait.

– Connaissiez vous le Design Spot avant d’assister à ce dialogue Design & Science ?

Sarah Fdili Alaoui DesignSpotOui. C’est un lieu non seulement que je fréquente régulièrement, ne serait-ce que pour assister à d’autres événements, mais avec lequel je collabore aussi souvent. J’y amène notamment mes étudiants pour y suivre des cours en design. Le Design Spot offre l’intérêt de jouer vraiment la carte de l’interdisciplinarité au sein de l’écosystème Paris-Saclay.

– Qu’est-ce qui vous a motivée à venir assister à ce dialogue-ci entre une designer et un mathématicien ?

De par mon champ de recherche, qui porte sur les interactions Humain/Machine au prisme de l’art (la danse en l’occurrence), je m’intéresse aux enjeux et à l’apport de l’IA dans la création. Pour les besoins de mes travaux de recherche, je recours à des algorithmes – de reconnaissance ou de génération aléatoire. Ce champ de recherche m’amène à m’intéresser aussi au design pour ne serait-ce qu’introduire une dimension plus subjective sinon sensible aux interactions Humain/Machine. J’étais donc intéressée de voir comment ces deux univers, celui de l’IA et celui du design pouvait dialoguer…

– Et alors ? Les deux intervenants vous ont-ils donné l’impression de dialoguer ?

Oui. A l’évidence, le design y prédispose car c’est déjà, selon moi, une discipline à l’interface de l’art et de la science. De son côté, l’IA n’est pas qu’affaire de technique ni de data. Elle intègre de nombreuses dimensions y compris celle du vivant. Se pose alors la question de savoir comment elle peut faire œuvre de création – enjeu du dialogue de ce matin. Soit quelque chose qui, a priori, n’est pas modélisable.

– Quel enseignement retenez-vous de ce dialogue ?

Si je devais n’en retenir qu’une seule chose, c’est le fait que l’IA stimule davantage l’intelligence, sans être pour autant de l’intelligence en soi. Elle vient en soutien de l’humain, plus qu’elle ne se substitue à lui, pour simplifier une tâche, aider, assister…

– Revenons à l’interrogation que vous avez introduite dans la discussion, en l’occurrence sur le rôle des chercheurs au regard des enjeux plus politiques de l’IA touchant notamment à son impact sur le travail et l’emploi, non pas tant seulement en termes de destruction mais de transformation de la manière même de travailler…

En effet, il s’agit-là d’une question de portée plus politique, qui engage la responsabilité des chercheurs eux-mêmes. En tout cas, c’est une question que je me pose en tant que chercheuse : faut-il m’impliquer davantage dans l’élaboration d’une réponse politique aux enjeux du digital, le numérique ? L’IA entraîne à l’évidence des transformations sociétales auxquelles le chercheur participe peu ou prou, ne serait-ce qu’en y recourant pour les besoins de ses propres travaux. Il me semble qu’il ne faut donc pas dé-corréler les deux mondes : celui de la science et celui du politique, au prétexte que ce serait outrepasser la mission du chercheur, qui serait de faire d’abord de la recherche. Le rôle du chercheur est aussi peut-être de jeter des passerelles en direction du politique pour ne serait-ce que mieux orienter le processus d’élaboration des textes législatifs.
Si, donc, ce dialogue Design&Science a été instructif et réconfortant pour moi, c’est qu’il a permis de voir que des collègues d’autres disciplines se posent aussi des interrogations touchant à leur responsabilité, en tant que citoyen et non plus d’un strict point de vue disciplinaire.

A lire aussi l’entretien avec Vincent Créance, directeur du Design Spot (pour y accéder, cliquer ici).

Sylvain Allemand
Sylvain Allemand

Journaliste

En savoir plus
Afficher plus de contenus
Paroles d’entrepreneurs innovants
Quartier de Satory Ouest

Paroles d’entrepreneurs innovants

Ils/elles témoignent.

Le 16 janvier 2022
ImagingWave, un microscope au service de la recherche biomédicale.
Campus urbain Orsay

ImagingWave, un microscope au service de la recherche biomédicale.

Suite et fin de nos échos au Forum 503 avec, cette fois, le témoignage de l’équipe d'élèves-ingénieurs de la FIE.

Le 23 novembre 2021
EyeKeepit, pour sécuriser la conduite sans prendre le volant.
Campus urbain Orsay

EyeKeepit, pour sécuriser la conduite sans prendre le volant.

Suite de nos échos au Forum 503 avec le témoignage de l’équipe qui porte le projet EyeKeepit.

Le 17 novembre 2021
Afficher plus de contenus